Les points de vue de Véronique

  • Calendrier
«novembre 2015»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30

Aujourd'hui mercredi 19 juin 2019

2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 -
  • Infos
  • Dernière modification :
    Le jeudi 21 novembre 2013
  • Statistiques contenus :
    Articles : 764 -  Commentaires : 41
    Auteurs : 3
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 0 -  Total : 122148
  • Article

Hymnus

Le lundi 17 novembre 2008, par Véronique

La Compagnie de l’Ancien Théâtre D’Arad a présenté son spectacle entièrement en langue française le jeudi 13 novembre 2008 à l’Heure Bleue de St Martin d’Hères (38). Cette représentation s’inscrivait dans les rencontres de la FITA (festival international de théâtre action) qui avait débuté la veille et se poursuivra jusqu’au 30 novembre prochain.

Durée : 1 heure Public : plutôt adultes et ados

Distribution :
- Texte : György Schwajda, auteur hongrois
- Mise en scène et décors : Radu Dinulescu
- Jeu : Pavel Barsam, Victoria Cocias, Robert Pavicsits, Stephan Statnic, Giorgiana Elena Popan, Tudor Lucanu, Emanuel Florescu
- Costumes : Sanda Mitache

Premier partenariat tissé entre la salle de St Martin d’Hères et le FITA autour de l’idée essentielle de créer des rassemblements avec un théâtre populaire en vue de bousculer et d’interroger.

www.culturaarad.ro/presa/dosar_presa_1.PDF

Metteur en scène : Radu Dinulescu Auteur : Schwajda György

Durée : 1 heure

Une troupe roumaine, une ambiance "euro-septique"... Le texte met en scène un couple de marginaux. Lui alcoolique, elle faible d’esprit. C’est alors que les voisins, la télé, la croix rouge... vont vouloir les "aider", mais plus ils sont aidés, plus ils s’enfoncent...

Une pièce sans fioriture, avec pour tout mobilier une table et un semblant d’espace cuisine. En scène, pour l’essentiel, deux protagonistes : un homme, une femme, mariés et à la dérive dans un mode qu’ils ne maîtrisent pas ou plus, qu’ils ne parviennent pas à comprendre et décripter. Derrière une porte, celle qui ouvre sur la chambre des enfants, un espace qu’on imagine, comme on imagine l’extérieur de ce lieu qu’on ne verra évidemment jamais, si ce n’est par le truchement d’images de pubs projetées sur les murs.

Il y a une oscillation entre deux moments : le jour, quand l’homme se réveille après avoir cuvé son vin dans les sacs à charbon ; la nuit, quand il rentre saoul et adopte un comportement déviant, jusqu’à la violence. Le matin, il ne se souvient plus et il n’arrive pas à réaliser ce qui lui arrive, ce qu’il a fait, à sa femme en l’occurrence. A ce moment-là, sincèrement, il se méprise, dit que c’est fini..., fait amende honorable, mais quand il franchit la porte, l’inéluctable se produit : il recommence, encore et encore, et ses faits et gestes font boule de neige. Spirale d’une dérive qui a un trait universel, même si on peut repérer quelques éléments propres aux pays de l’ex URSS.

Le spectacle a été monté au moment où la Roumanie est entrée dans l’Europe. Il a d’abord été créé en Roumain avant d’être adapté en langue française et aménagé pour un public différent. Ceci à partir d’un texte qui date des années 70 et que le metteur en scène a découvert il y a une vingtaine d’années. Radu Dinulescu insiste sur la portée sociale du théâtre qu’il propose, un théâtre qui veut susciter des émotions très puissantes. Il ne met pas tant en avant la technique que l’alchimie des énergies qui doivent lier les comédiens dans leur jeu.

C’est vrai que la décor est un brin désuet, comme dépassé, mais comme le sont les personnages, donc en adéquation avec ce qui se passe, ce qui se trame. On se laisse prendre à ce qui nous est montré ou suggéré, par l’espace qui nous est laissé de re-créer les images qui ont lieu de l’autre côté du miroir. Violence(s), démissions, exploitations ou lâchetés etc... prennent de fait toute leur ampleur : dans les mots répétés, dans les bruits qui s’amplifient, dans l’écran brouillé de la TV et la boîte à musique de l’enfant qui seule reste après le retrait de la fratrie. Un texte et un jeu qui achoppent.

Contacts Cie Ophelia Théâtre, direction Laurent Poncelet :
- tél : 06 89 73 22 97
- mèl : ponceletlaurent@wanadoo.fr & opheliatheatre@gmail.com
- web : ophelia.theatre.free.fr/index.html www.theatre-action.be/fita.html

Contact Heure Bleue

Répondre à cet article...

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS